Contexte historique | www.somme-tourisme.com
Vous êtes ici
Un peud'histoireSomme

Contexte historique

  • 7h28Début des hostilités
  • 1 Mde victimes
  • 1h30Durée de la bataille de Le Hamel

La Somme

Pendant la guerre

Le territoire samarien a été profondément touché par le passage des troupes militaires durant la Première Guerre mondiale.

Dès le début de la guerre en 1914, les troupes allemandes envahissent l'est de la Somme et occupent la ville d'Amiens de fin août jusqu'au 10 septembre, à cause de la contre-offensive alliée lancée dans la Marne.

La ligne de front jusqu'à la fin de la guerre s'étendra dans tout l'est de la Somme : villes et paysages sont lourdement touchés.

Au lendemain de la guerre, il ne reste quasiment plus rien de villes comme Albert ou Péronne. Commence alors le temps de la reconstruction.

Sillonner les champs de bataille avec Julia

Beaumont Hamel contexte historique
Lochnagar contexte historique
Longueval contexte historique
Thiepval Contexte historique

1916

Bataille de la Somme

Une semaine avant le lancement de la bataille, les Alliés bombardent massivement les lignes allemandes. A cause de la bataille de Verdun qui mobilise l'armée française, l'offensive devient davantage britannique.

A l'aube du 1er juillet, à partir de 7h20, les armées française et britannique font exploser des mines sous les lignes allemandes. L'assaut est lancé à 7h28. Le 1er juillet 1916 devient le jour le plus sanglant de l'histoire de l'armée britannique.

Le 14 juillet, les Alliés lancent un deuxième assaut généralisé, contre la deuxième ligne allemande. Les Sud-Africains attaquent les Allemands au Bois Delville à Longueval dans un combat des plus sanglants de la Première Guerre mondiale.

L'armée britannique a recours à une nouvelle arme, le char, qui apparaît pour la première fois sur un champ de bataille. Le 26 septembre, les Anglo-Saxons parviennent finalement à s'emparer de Thiepval, l'un des objectifs du 1er juillet.

La bataille de la Somme a été longue et meurtrière (plus de 1 000 000 de morts toutes armées confondues) alors qu'elle devait être une offensive décisive et rapide. Elle prend fin le 18 novembre.

L'armée française dans la bataille de la Somme

L'armée française a activement participé à la bataille de la Somme. Comme son alliée britannique, elle a payé un lourd tribut : 190 000 combattants sont morts, blessés ou disparus, en 4 mois et demi. Après la guerre, la mémoire nationale française a surtout retenu la bataille de Verdun. Aujourd'hui, les villages de Soyécourt et de Fay gardent des traces irréversibles de la guerre.

La bataille de la Somme est symbolique pour des nations telles que le Canada, Terre-Neuve, l'Australie, la Nouvelle-Zélande ou l'Afrique du Sud.
Mémorial sud-africain Longueval
Longueval néo-zélandais
Pozières
Mémorial de Le Hamel

1918

Une année charnière

L'année 1918 se caractérise entre autres par les avancées remarquables des Australiens et les grandes offensives de Picardie, menant à l'Armistice de novembre.

Le 26 mars, le Maréchal Foch est nommé au Commandement unique des armées basé à Doullens afin de mieux coordonner les troupes alliées.

Les Australiens parviennent à reprendre Villers-Bretonneux les 24 et 25 avril et à endiguer l'avancée allemande lancée le 21 mars. La première victoire américaine lors de la bataille de Cantigny le 31 mai connaît un retentissement mondial plus psychologique que stratégique.

Le 4 juillet a lieu la bataille de Le Hamel, connue pour être une bataille moderne grâce au général John Monash. La bataille est un véritable succès : en 1h30, avec très peu de pertes côté australien, les Alliés ont la main mise sur les Allemands.

Le 8 août commence la bataille d'Amiens, bataille menant à l'Armistice du 11 novembre. Les Alliés lancent avec succès plusieurs offensives et le 28 septembre, l'ensemble du territoire samarien est libéré.